Teana (Italie) 1920 – Périgny 2011

Berger dès l’âge de 8 ans, puis maçon, il rejoint son père à Buenos Aires, à l’âge de 16 ans. Il suit parallèlement les cours de l’Ecole technique industrielle et s’initie par les livres à l’histoire de l’art. Intégré en 1945 à l’Ecole supérieure des Beaux-arts de Buenos Aires, il en sort brillamment quatre ans plus tard avec le titre de « Professeur supérieur », reçoit le prestigieux prix Mitre et remporte coup sur coup six autres prix.

En 1952, il retourne en Europe et s’installe à Paris en 1953. Sa première exposition parisienne a lieu l’année suivante. Installé dans un coin de l’usine Mills de Pantin, en 1955, il se met à travailler le métal.

Il obtient le premier prix de Saint-Gobain, en 1962 et, des mains de Willy Brandt, la médaille d’argent au Congrès international d’architecture de Bochum.

Professeur pendant 25 ans à l’Ecole Internationale Américaine de Fontainebleau, conférencier de par le monde, Marino Di Teana fait figure d’un des meilleurs ambassadeurs français sur la scène culturelle internationale. Ses œuvres se trouvent exposées dans de nombreux musées et lieux publics, 22 en France, 5en Italie, 2 en Belgique, 3 en Suisse, 4 en Allemagne, 1 au Danemark, 2 au Japon, 1 aux USA et 1 en Argentine.

Entre autres nombreuses distinctions, il est médaillé d’or de l’Académie de Séoul en 97, et médaillé d’or de la Miedznsrdodwe à Poznan en Pologne en 2009.

En 2010 Marino di Teana fut reçu à l’institut de France par le président de l’Académie des Beaux Arts, Antoine Poncet et Léonard Gianadda président de la célèbre fondation à Martigny.

C’est en 1985, et grâce à Gérald Schurr, que Marino di Teana. m’invite à venir chercher sa création de girouette. Cependant, il avait déjà en tête une autre girouette qui fut exposée en maquette ; un petit chef d’œuvre exécuté en plomb.

Œuvre dans un tout autre style et religieux intitulée « Embarquement » et qui ne fut réalisée par les Ets Petits du Coudray Macouard (49) qu’en 2005 en deux exemplaires, un pour Marino, l’autre pour la collection.

Commentaires

commentaires